Texts

Maia Flore croit aux vertus d'une photographie enfin débarrassée de la réalité crue. le réel n'a d'intérêt que transfiguré. Avec sa personne comme modèle, ou plutôt comme sujet agissant, elle s'amuse à mettre en scène d'improbables situations poétiques et métaphoriques. Cette photographie relève de la poésie élisabéthaine ! Le travail est fortement imprégné des caractéristiques de son anatomie, ces longs cheveux roux, cette peau si blanche, tout en retenue et rejetant l'exhibition. Ce corps est un pont, un arbre, un objet.

François Cheval, conseiller artistique 2015